Fémininmasculin sexe de l'art

PDFImprimerE-mail
catalogue expo de 1995
état neuf

En 1995 au Centre Pompidou, Fémininmasculin le sexe de l’art proposait une vision du sexe “à la française”, c’est-à-dire le sexe pour le sexe (biologique, érotique, esthétique, fentes, trous de serrure
F__minin_masculi_4badc80de176c.jpgF__minin_masculi_4badc80de176c.jpg
Description du produit

FEMININMASCULIN

LE SEXE DE L'ART

En 1995 au Centre Pompidou, Fémininmasculin le sexe de l’art proposait une vision du sexe "à la française", c’est-à-dire le sexe pour le sexe (biologique, érotique, esthétique, fentes, trous de serrure, poupées, et autres barbes), dans le déni des travaux de Françoise Héritier, Françoise Collin, Michelle Perrot, Arlette Farge, Geneviève Fraysse, Mona Ozouf, Marie-Jo Bonnet, Eliane Viennot (et alii) ouvrant autant d’entrées critiques pour l’actualisation du sujet du sexe dont la philosophe Judith Butler fournit à ce moment-là aux Etats-Unis un paradigme qui fit apparaître le masculin toujours dans sa maison, quelle que soit l’institution.

L’exposition de Marie-Laure Bernadac et Bernard Marcadé, par ses sections intitulées l’origine du monde, identités et mascarades, histoires de l’oeil, attractions et répulsions, histoires naturelles, performe son propre discours “le sexe comme partie prenante de l’art lui-même” et, par l’abondance des oeuvres et des événements culturels, présente l’état de l’art lui-même.

L’épistémologie née, entre autres, du rapport des corps au politique, de l’action féministe et de la théorie du genre (empowerment, agency) aurait pu travailler le corpus constitué de plus de 500 oeuvres de façon complexe (moins littéraire) pour faire du projet esthétique qu’est l’exposition un référent, un plateau, pour introduire la question contemporaine des sexualités, en débat dans l’espace social au cours des deux dernières décennies.

Etat neuf.

Vous êtes ici : Accueil ARTS,CINEMA,CIRQUE, Fémininmasculin sexe de l'art